507007084.jpg
507007084.jpg

LIGNE DE FRONT N.84 - A BORD DU PANTHER! RECITS DE COMBAT

Codice: 507007084

€ 10,00

Bimestrale,ben illustrato, dedicato ai conflitti del 20° secolo.

IN QUESTO NUMERO:

Dossier spécial : À bord du Panther !

Récits de combat.

+ La 5. SS-Panzer-Division « Wiking » au combat.

L’attaque des Panther sur Kovel

À peine la 5. SS-Panzer-Division « Wiking » s’est-elle sortie de l’enfer de Tcherkassy, où elle a dû abandonner la totalité de son matériel lourd, que de nouveaux ordres tombent le 12 mars 1944. Ses camarades sont sur le point d’être encerclés dans la ville ukrainienne de Kovel. En effet, forçant le passage par les marais du Pripet, l’Armée rouge fonce sur ce verrou stratégique. Une Kampfgruppe de la « Wiking » est alors expédiée en catastrophe, mais les 4 000 hommes la composant ne parviennent pas à rallier à temps, et la nasse se referme sur la garnison de la cité. La mission des « Wikinger » est alors des plus simples : briser coûte que coûte l’encerclement.

+ Fortunes diverses !

Ernst Barkmann et Fritz Langanke à Manhay

Ardennes, 24 décembre 1944. Le piétinement de l’opération « Herbstnebel » à la jonction des 5. et 6. Panzer-Armee a contraint le SS-Oberstgruppenführer Josef « Sepp » Dietrich », patron de la seconde, à jeter sa réserve dans la bataille : le II. SS-Panzer-Korps composé des 9. SS-Panzer-Division « Hohenstaufen » et 2. SS-Panzer-Division « Das Reich ». Les deux unités doivent redonner du « punch » au crochet gauche de la 6. Panzer-Armee, les Allemands ayant été incapables jusqu’ici de faire sauter le verrou représenté par les paras américains de la 82nd Airborne Division entre Trois-Ponts et Grandménil renforcés par la Task Force « Kane » de la 3rd Armored Division. Au sein de la « Das Reich », deux as sur Panther entrent en action : Ernst Barkmann et Fritz Langake qui connaissent des fortunes différentes…

+ « J’ai combattu avec des infrarouges ! »

Souvenirs de guerre d’un pilote de Panther à Berlin

Début 1945, Gert Baudorff était conducteur dans le Panther n° 121 au sein de la 1./Panther-Sperber-Kompanie de la II./Panzer-Regiment « Müncheberg » (anciennement I./Panzer-Regiment 29,cf. encadré supra.). Il a rédigé ses souvenirs à la fin des années 1980 d’après ses notes manuscrites datant de 1945. L’équipage du Panther était alors composé du Leutnant Ernst August Arndt (Panzerkommandant et chef de la 1re section), Hans Schenkewitz (opérateur radio), Leo Tyma (tireur) et Ernst Bauer (chargeur). Heinz Rast a servi comme chef de char en remplacement du Leutnant Arndt du 20 au 24 avril 1945. L’équipage du Panther n° 121 aurait détruit 48 blindés soviétiques du 16 avril au 2 mai 1945. Un palmarès qu’aucun autre équipage de Panzer n’a probablement égalé à la même période dans le secteur de Berlin et sur une période aussi brève.

+ Les guerriers du Grand nord 1942 :

Gebirgsjäger sur le front de Mourmansk

Les conditions extrêmes vécues par les soldats allemands sur l’Ostfront sont très souvent évoquées dans les articles et livres dédiés à la guerre germano-soviétique. Mais, bien plus au nord de Leningrad, en Carélie et en Laponie, des secteurs souvent délaissés, des combats vitaux ont eu lieu. Le théâtre d’opérations du Cercle polaire est principalement connu à travers deux batailles de la Seconde Guerre mondiale : celle de Narvik (Norvège) en 1940 et celle de Kirkenes/Petsamo en 1944. Entre ces quatre années, on oublie que des combats éprouvants et acharnés dans un environnement très hostile se sont déroulés sur la route de Mourmansk. Ils font l’objet de ce présent article.

+ La bataille d’Hannut

Cavaliers contre Panzer

À partir de l’invasion allemande de la Pologne, l’état-major français commence à envisager une opération défensive en Belgique dans le cas d’une progression allemande à travers le pays, comme en 1914. Ce plan, passé à la postérité sous le nom de « Dyle-Breda », doit permettre la jonction des meilleures unités françaises (et britanniques, dans une moindre mesure) aux armées belge et néerlandaise afin d’établir une ligne principale de résistance (LPR). Cette tâche est confiée au groupe d’armées n°1 (GA 1) du général Billotte, et plus précisément à deux DLM (divisions légères mécaniques) dirigées par le général Prioux… qui vont se retrouver face à deux Panzer-Divisionen.

+ Lioudmila Pavlichenko

Mémoires d’un sniper de Staline

Lioudmila Pavlichenko est très certainement le meilleur sniper féminin de l’Armée rouge : officiellement, cette native de la région de Kiev est créditée de 309 victoires, dont plusieurs sur des snipers allemands. Combattant lors des sièges d’Odessa et de Sébastopol, Pavlichenko est blessée sur les bords de la mer Noire et évacuée par navire vers le Caucase. Elle sera choisie en 1943 pour effectuer une tournée aux États-Unis et au Royaume-Uni en faveur de l’ouverture d’un second front voulu par Staline, faisant d’elle la première citoyenne soviétique à fouler le sol américain. C’est au cours de ce voyage qu’elle se liera d’amitié avec Eleanor Roosevelt, la femme du 32e président des États-Unis…

Giretsu Kūkeitai

Les paras-commandos suicides de l’Armée impériale  

Juillet 1944. Saipan, dans l’archipel des Mariannes, tombe aux mains des Américains après un mois de combats acharnés. L’événement précipite la chute du gouvernement Tojo. Car à Tokyo, chacun connait les conséquences catastrophiques, à terme, de cette défaite : l’ennemi va aussitôt construire sur l’île de vastes aérodromes capables d’accueillir les Boeing B-29 Superfortress qui, partant de là, pourront matraquer quotidiennement un Japon désormais à portée de frappe aérienne. Pour empêcher les Américains de parvenir à leurs fins, tous les moyens sont bons, y compris les plus ahurissants… et les plus dérisoires !

+ Actualités

  • « Market-Garden»
  • « Nuts Day » 2019
  • Actus du livre

 

Lingua

FRANCESE

Illustrazioni

Riccamente illustrato

Misure

21 x 30

ISBN

Della stessa collana...